Itinéraire du 2e pélé VTT 84

21 juillet 2010

Avec Marie et tant d’autres témoins

Voici les détails des lieux que visiteront les 10 équipes du pélé VTT 84 édition 2010. La Vierge Marie et de nombreux témoins viennent à notre rencontre !



Mardi 24 août : St Barthélémy - Valréas - Visan


1er mystère lumineux : le baptême de Jésus


Départ du pélé VTT à Valréas sous le regard de Notre-Dame de Nazareth


La construction de l’église Notre-Dame de Nazareth a débuté au XIe siècle.


Marie était remplie de la Vie dont Dieu le Père est la source. Elle a passé sa vie terrestre dans une totale confiance à Dieu, ouverte à l’Esprit Saint, répondant OUI à cette invitation qui nous est faite d’aller à la rencontre des autres, même dans l’imprévu, avec le désir de les aimer.


Au début de la route, les pèlerins vivront un cheminement dans l’église :

  • accueil dans la chapelle de la Vierge
  • signe de croix au baptistère
  • rencontre avec Jésus au tabernacle
  • contemplation du chœur
  • bénédiction pour la route (par équipe)


 


Arrivée à Visan par la chapelle Notre-Dame des Vignes.


Au sud-est du village de Visan, un bosquet environné de vignes abrite une chapelle. Son nom primitif était Notre-Dame-d’Entre-les-Vignes. Sur son arc triomphant, est placée cette inscription "Posverunt me cvstodem in vineis", "Ils m’ont placée comme gardienne de leurs vignes". Les marques de tacherons gravées sur les pierres taillées font remonter sa construction au XIIIe siècle. A l’intérieur, le chœur possède de belles boiseries dorées du XVe siècle. ainsi qu’un maître autel en bois peint et doré du XVIIIe siècle. Notre-Dame y est particulièrement fêtée le 15 août et le 8 septembre.


 


Mercredi 25 août : St Louis - Visan - Cairanne


2e mystère lumineux : les noces de Cana


 


Départ de Visan


Passage à Buisson : chapelle Notre-Dame d’Argelier.


Au XVIIe siècle, sur les communes de Buisson et de Villedieu, la vigne faisait déjà l’objet de beaucoup de soins. Un viticulteur, en labourant, heurta du soc de sa charrue un objet inconnu. Il fouilla le sol avec précaution et découvrit une partie de statue de la Vierge. En 1813, une religieuse eut connaissance de ces faits et décida de faire édifier, à mi-chemin de Buisson et de Villedieu, une chapelle en l’honneur de Notre Dame d’Argelier.  Argelier vient du provençal "argelègre" nommant l’ajonc épineux qui pousse dans les talus et se pare au printemps de superbes fleurs jaunes qui font une couronne d’or autour des vignes. ND d’Argelier est fêtée le 8 septembre.


 


Passage par les villages de Roaix et de Rasteau


 


Arrivée à Cairanne


Chapelle ND des Excès (1631)


Le mot excès vient du bas-latin excessus, dérivé du verbe excedere (sortir). Excès signifie ici la ‘sortie de ce monde’, c’est-à-dire la mort à l’heure de laquelle on se confie à Marie : priez pour nous, maintenant et à l’heure de notre mort.


Il semble que la chapelle ND des Excès était le lieu où l’on déposait les morts pendant les heures précédant la célébration de leurs funérailles et leur inhumation.


 


Chapelle ND du Rosaire et des vignes (1960)


Suite à un vœu fait pendant les années d’occupation (2e guerre mondiale) elle fut construite il y a 50 ans. Ses vitraux ont été réalisés par un prêtre artiste : l’abbé Marcel Roy.




Jeudi 26 août : St Césaire d’Arles – Cairanne – Bollène


5e mystère lumineux : l’institution de l’eucharistie


 


Départ de Cairanne


 


Passage par Sérignan du Comtat (St Etienne, diacre et premier martyr)


 


Arrivée à Bollène :


Marie y est honorée sous le vocable de Notre-Dame du Pont. En 1312, la construction de la chapelle a coïncidé avec l’édification du pont de Chabrières (sur le Lez).


 


Messe au couvent des Sacramentines de Bollène.


Durant les troubles de la Révolution française, 13 religieuses sacramentines de Bollène furent chassées de leur couvent. Elles trouvèrent refuge avec 16 autres religieuses dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Refusant de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait, elles furent arrêtées en avril 1794. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues d’autres religieuses.


 


En prison, ces religieuses s’organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire et transférées au Théâtre antique en attendant d’aller à la guillotine. Entre le 6 et le 26 juillet 1794, trente-deux d’entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines de Bollène, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).


Elles montèrent toutes joyeusement à l’échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : “Ces bougresses-là meurent toutes en riant”. Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l’Aygues. Le 10 mai 1925, le pape Pie Xl a déclaré bienheureuses ces 32 religieuses martyres : ce sont les Bienheureuses Martyres d’ Orange.


 


 


Vendredi 27 août : Ste Monique – Bollène - Orange


3e mystère lumineux : l’annonce du royaume de Dieu


 


Départ de Bollène. Passage par Piolenc.


 


Passage par la chapelle de Gabet. Cette chapelle fût bâtie en 1832 près du lieu où furent inhumées les 32 bienheureuses martyres d’Orange.


 


Arrivée à Orange.


20h - 22h : Veillée de prière, d’adoration et de réconciliation dans la cathédrale Notre-Dame de Nazareth et de tous les saints. Rejoignez-nous pour cette veillée !


La cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth et de tous les saints fut le siège du diocèse d’Orange durant le Haut Moyen-âge puis du XIIe siècle jusqu’à la Révolution.


L’édifice est attesté à partir du VIe siècle (consécration en 528). La cathédrale actuelle remonte au XIIe siècle, mais elle fut gravement endommagée lors des guerres de Religion en 1561 et lors de la Révolution française. Bien que le diocèse d’Orange ait été rattaché à celui d’Avignon en 1801, la cathédrale a été grandement restaurée.


Dans la cathédrale, on lit une grande inscription : Pulchra ut luna, electa ut sol. Il s’agit de Marie dont la Bible dit (au Cantique des Cantiques 6, 9) qu’elle surgit comme l’aurore, qu’elle est belle comme la lune et resplendissante comme le soleil.


Cette inscription nous rappelle que Marie est "pleine de grâce" depuis le premier instant de sa Conception. En effet, comme la lune reçoit sa lumière du soleil et brille dans la nuit, Marie reçoit toute sa sainteté du Père qui l’a aimée, de Jésus qui l’a sauvée et de l’Esprit Saint qui l’a consacrée : Marie a été préservée du péché (Immaculée Conception) et de la corruption de la mort (son Assomption dans le Ciel).


Si tu es dans la tristesse ou la peur, si tu cherches la joie véritable, si tu cherches la beauté dans ta vie, si tu te vois pécheur et désire la Miséricorde, invoque Marie et passe par elle pour aller à Dieu.




Samedi 28 août : St Augustin – Orange - Avignon


4e mystère lumineux : la Transfiguration




Départ d’Orange.


Passage par la chapelle du Grès (St Louis de Gonzague).



 


Passage à Châteauneuf du Pape


– chapelle Bx Pierre de Luxembourg.


Le Bienheureux Pierre de Luxembourg naquit en Lorraine, le 20 juillet 1369. Orphelin très jeune, il fut envoyé dés l’âge de 8 ans à Paris pour étudier. Ce fut un élève précoce et brillant, aimant chanter et danser. Cela ne l’empêchait pas d’aimer Jésus au point de se confesser tous les jours et d’être charitable envers les pauvres et pacificateur dans une université turbulente. En 1380, pendant plusieurs mois, il fut livré en otage aux Anglais.


 


Créé cardinal par le pape d’Avignon Clément VII, il se rendit à Avignon pour résider à la cour pontificale. Depuis six ans déjà, une grave division secouait l’Église et le jeune cardinal en souffrait beaucoup : Il faisait tout ce qu’il pouvait pour construire l’unité : nuits en prière, jeûnes et sacrifices…


 


Déjà marqué par la souffrance et par une santé chétive, il avait une grande dévotion pour la Passion et la Croix du Christ. Lors d’une visite à Chateauneuf-du-Pape, il eut une vision de Jésus Crucifié : Pierre de Luxembourg tomba à genoux et pendant un quart d’heure, il resta plongé dans l’extase. Ceux qui l’accompagnaient le virent tout environné de clarté. Quand il se releva de ce lieu plein de boue, ses vêtements étaient propres.


 


A partir de 1386, ses forces déclinèrent rapidement. Le 2 juillet 1387 Alors qu’il n’avait pas encore tout à fait 18 ans, il mourut en murmurant : "C’est en Jésus Christ mon Sauveur et la Vierge Marie que j’ai remis toutes mes espérances". Ses reliques sont vénérées depuis 1854 dans l’église Saint Didier d’Avignon ainsi qu’à Chateauneuf-du-Pape. Son chapeau cardinalice, sa dalmatique et son étole diaconale sont encore visibles en l’église Saint-Pierre d’Avignon.


 


Samedi 28 août : Arrivée en Avignon


à la métropole Notre-Dame des Doms et de Tout Pouvoir


Action de grâce et fin du pélé VTT 84 édition 2010.


 


Dédiée depuis toujours à la Vierge Marie, mère de Dieu, la métropole d’Avignon porte le beau titre de « Notre-Dame », donné aux reines depuis les temps immémoriaux.


 A notre entrée dans la métropole, nous serons accueillis par le sourire de la Vierge portière, image datant du XIIIe siècle.


Un siècle plus tard, le pape Jean XXII (1316-1332) offrit une statue de Marie à la cathédrale. Elle représente la Vierge Marie portant l’Enfant Jésus sur le bras gauche. Marie tient un sceptre dans la main droite. Cette image est celle de Notre Dame des Doms et de Tout Pouvoir. Nous la prions pour finir notre pèlerinage.


Une autre image de Marie fait mémoire de la protection accordée par la Vierge Marie lors de l’épidémie de choléra de 1834.


Par ailleurs, la ferveur des avignonnais est à l’origine de la statue dorée (1859) qui coiffe le clocher et protège la ville.


 


Rejoignez-nous pour l’arrivée sur les marches de la Métropole à partir de 15h45 !