Itinéraire du Pélé VTT 2012

12 août 2012

4e édition

Découvrez l’itinéraire du 4e Pélé VTT du Vaucluse. Inscriptions sur www.pele-vtt.fr

Samedi 25 et dimanche 26 août - Précamp à Notre-Dame de Lumière (Goult)

Lundi 27 août - Notre-Dame de Sénanque
Nous commençons notre pèlerinage auprès des moines cisterciens de Sénanque. Un moine est un homme qui consacre toute sa vie à Dieu. Vivant selon la règle de Saint Benoit (mort en 550) dans l’esprit de la réforme de Citeaux (vers 1100), les cisterciens de Sénanque prient et travaillent. Suivant l’exemple de Saint Bernard, ils prient chaque jour la Vierge Marie, tout spécialement le soir, par le chant du Salve Regina. Marie est là, avec nous dans notre "vallée de larmes", "Mère de miséricorde" qui nous montre le Christ, Sauveur de l’humanité entière. Toutes les églises cisterciennes sont dédiées à la Vierge de l’Assomption (3e mystère glorieux). L’abbaye de Sénanque a été construite au XIIe siècle. Avant de commencer notre pèlerinage, chacun se recueille devant la statue de Marie

Murs – Notre-Dame du Salut
En face du parc de la Garenne où nous ferons notre première pause déjeuner, un oratoire est dédié à la Vierge Marie avec l’inscription : Bello reino d’Amount d’aut benesi li provencau (15/08/1980)
A Murs, Marie est invoquée sous le titre de Notre-Dame du Salut qui est aussi le nom de la chapelle où sont inhumés les seigneurs de Murs.

Via Domitia
La voie Domitienne a été créée à partir de 118 av. J.-C. à l’instigation du général romain Cneus Domitius Ahenobarbus dont elle porte le nom. Elle est la première voie romaine construite en Gaule
Cette route devait assurer les communications avec Rome et permettre l’installation et la circulation de garnisons protégeant des villes devenues romaines. La première colonie romaine du sud de la Gaule fut Narbo Martius (Narbonne).
La via Domitia elle franchit les Alpes au col de Montgenèvre (1850 m), suit la vallée de la Durance, longe le Luberon par le nord, franchit le Rhône à Beaucaire, passe par Nîmes (Nemausus) et suit la côte du Golfe du Lion jusqu’à l’Espagne, en reliant sur son chemin les principales cités gauloises de l’époque.

Le Pont Julien
La Voie franchissait ensuite le Calavon (qui n’est pas toujours aussi sec que cet été !) grâce au pont Julien. C’est le plus bel ouvrage encore visible de la Via Domitia et c’est le pont le mieux conservé de France datant de cette époque. Il a une longueur de 80 mètres, est large de 6 mètres et haut de 11 mètres. Il est composé de trois arches dont la centrale est plus importante et plus élevée. Comme on le fera plus tard pour le Pont d’Avignon, les piles intermédiaires sont percées de grandes baies cintrées pour faciliter l’évacuation des eaux en période de crues (dégueuloirs) et munies en amont d’avant-becs semi-circulaires.
Bâti en grand appareil de calcaire provenant de carrières du Luberon, il remplaçait un pont plus ancien, dont on perçoit les traces autour des piles.
Il a été intégré au réseau routier (route départementale 108) jusqu’au printemps 2005, les voitures y passaient ! Aujourd’hui, il est réservé aux piétons et aux vélos du Pélé VTT !

Bonnieux  : bivouac au pied du village.

Mardi 28 août : Ménerbes – Abbaye Saint Hilaire et Notre-Dame du Mont Carmel
Notre Dame du Carmel est l’un des divers noms de la Vierge Marie. Sa dénomination procède du Mont Carmel, en Israël. L’Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du mont Carmel est peut-être le seul à rattacher son histoire à l’Ancien Testament, de plus, il a cette particularité d’être une famille religieuse latine, d’origine occidentale, et cependant née en Terre Sainte.
Au XIIe siècle, des hommes choisissent de vivre en ermites dans les grottes du Mont Carmel, à la recherche de Dieu. Ils s’inspirent du prophète Élie, qui fonda une école des prophètes au Mont Carmel et qui, huit cent ans avant la venue du Christ, s’écrie : « Le Seigneur est vivant devant qui je me tiens ». Au cours des années 1240, alors que le village de Ménerbes n’est pas encore intégré au Comtat Venaissin (1274), une communauté composée de frères Carmes venant de Palestine, occupent un site conventuel préexistant, et procèdent à la fondation du carmeli sti Hilarrii. Saint-Hilaire, situé au levant de Ménerbes est un lieu isolé. Néanmoins, situé à mi-chemin entre Cavaillon et Apt, non loin de la Voie Domitienne, il permettait aux frères d’être connus et d’attirer les autres vers Dieu par leur exemple.
 
Des ordres religieux carmélites existent aujourd’hui dans le monde, masculins et féminins, dédiés à cette figure mariale. Sœur Immaculata…
 
Mardi 28 août Oppède – Notre-Dame d’Alidon
La collégiale Notre Dame Dalidon a été construite au XVIe siècle (de 1500 pour le clocher à 1592 
pour le chœur) à l’emplacement d’une église antérieure datant probablement du Xe ou XIe siècle.
Le nom actuel de l’église, Notre Dame Dalidon, semble lui avoir été donné à la fin du XVe
siècle (auparavant, elle était dédiée à la Bienheureuse Vierge Marie), il proviendrait du bas latin 
dolidus qui signifie douleur morale. Notre Dame Dolidon est la Vierge des douleurs, que l’on implore quand on souffre moralement ou physiquement... Appelée aujourd’hui Notre Dame d’ALIDON. Par l’usage, Notre Dame Dolidon s’est transformé par l’usage en Dalidon, puis en d’Alidon.
Le 17 avril 1546, l’évêque de Cavaillon nomme à la tête de la paroisse un chapitre de six chanoines et l’église prend le titre de collégiale.
Depuis l’abandon du vieux village en 1912, c’est l’église du Sacré Cœur au nouveau village qui 
devient église paroissiale. Depuis 1996, plusieurs campagnes de restauration sont entreprises afin de 
préserver Notre Dame Dalidon, fortement dégradée.
L’église se compose d’un clocher, d’une nef, d’un chœur et de 6 chapelles latérales. Le gothique 
provençal domine dans la nef et les trois chapelles nord datant du XVIe siècle. Les chapelles sud, ajoutées à la fin du XVIIe siècle, comportent les arcades caractéristiques de la Renaissance.
Mardi 28 août – la carrière d’Oppède
Située au pied du Luberon, la carrière était il y a encore 15 ans exploitée partiellement en galeries souterraines. Aujourd’hui, la pierre des Estaillades est extraite à ciel ouvert pour une production annuelle de l’ordre de 20000m3 La pierre extraite est une roche de calcaire coquillier de très bonne qualité : ce sont des sédiments marins fortement compressés. On y retrouve parfois des petits coquillages fossilisés. C’est de là que vient la pierre du palais de Papes, à Avignon.
 
Bivouac à Maubec

Mercredi 29 août - Notre Dame de la lumière ou Notre Dame de lumière à Goult
A Goult, en 1661, Antoine de Nantes, soixante-trois ans, paysan dans le Lubéron et ses compagnons « voient une grande lumière  », près d’une chapelle dédiée à la Vierge.
Selon l’enquête menée à la demande de l’évêque de Cavaillon en février 1663, plusieurs témoins oculaires avaient vu durant la nuit (malgré une très grande pluie), une belle lumière, grosse comme une pleine lune, et qu’elle était sortie des coteaux qui sont autour de la chapelle. Elle illuminait et éclairait merveilleusement les endroits, et les lieux où elle passait jusqu’à revenir sur la chapelle d’où elle s’éleva et disparut.
De juin 1663 à janvier 1666, les Carmes responsables du sanctuaire enregistrent 202 guérisons, dont celle d’Antoine de Nantes, d’une hernie volumineuse. L’évêque de Cavaillon a autorisé la restauration de la chapelle vers laquelle convergent des centaines de pèlerins, c’est le sanctuaire Notre Dame de Lumière, qui donne lieu à un pèlerinage le 15 août de chaque année.

Dieu est Lumière : « le Seigneur est ma lumière et mon salut » (Ps 4,7 ; 19,9 ; 27,1).Le Christ dit : « Je suis la lumière du monde » (Jn 8, 12 ; 11, 9).Saint Jean y revient sans cesse dans sa première épître : « Dieu est lumière, en lui point de ténèbres [...], nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière » (1 Jn 1, 7).
Cette lumière est celle de l’amour.
Marie rayonne de la lumière de Dieu, elle rayonne de son amour. Ceci est particulièrement exprimé dans la vision du livre de l’Apocalypse (Ap 12, 1) qui prend les images du soleil, de la lune et des étoiles.
Notre Dame de la lumière nous invite à tout regarder dans la lumière de Dieu.

18h00 Messe à l’église de Cabrières d’Avignon - bivouac à Cabrières

Jeudi 30 août - L’Isle sur la Sorgue – Notre-Dame des Anges
La reconstruction de l’église collégiale et sa consécration en 1672 l’a placée sous la protection de Marie, Notre-Dame des Anges, honorée dans le mystère de son Assomption : « l’Immaculée, Mère de Dieu, Marie toujours vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste. »
Comme un avant-goût de la joie du ciel, nous vivrons à 20h30 dans cette église notre veillée de louange et d’adoration au cours de laquelle nous sommes invités à la conversion du cœur par la confession de nos péchés.
 
Vendredi 31 août
Le Thor – Notre-Dame du Lac
Chef d’œuvre de l’art roman provençal (XIIème siècle), l’église paroissiale (tout comme la commune et son blason) tirerait son origine de la légende suivante : un taureau, guidé par une étoile, aurait gratté la terre de ses sabots et mis au jour une statue de la Vierge qui était enterrée. L’empereur Charlemagne, averti de ce miracle, ordonna de bâtir une église à cet endroit précis, là où la Sorgue s’élargit comme un lac : l’église Notre Dame du Lac.

Montfavet – Notre-Dame de Bon repos
Aujourd’hui église paroissiale, Notre Dame de Bon Repos a été construite par la volonté du cardinal Bertrand de Montfavet (neveu du pape Jean XXII), dans le but d’abriter une communauté de religieux. Cette église abrite une Vierge à l’Enfant en pierre dite Notre-Dame du Bon Repos datant du XIVème siècle.

Avignon – Notre-Dame de la Paix
Au moment d’entrer dans Avignon par le quartier du Pont des Deux Eaux, nous passerons près de la chapelle Notre-Dame de la Paix, construite dans les années 1970 pour les habitants de ce quartier.
 
Arrivée à Avignon : Métropole Notre-Dame des Doms
 Dédiée depuis toujours à la Vierge Marie, mère de Dieu, la Métropole d’Avignon porte le beau titre de « Notre-Dame », donné aux reines depuis les temps immémoriaux.
A notre entrée dans la métropole, nous sommes accueillis par le sourire de la Vierge portière, image datant du XIIIème siècle.
Un siècle plus tard, le pape Jean XXII (1316-1332) offrit une statue de Marie à la cathédrale. Elle représente la Vierge Marie portant l’Enfant Jésus sur le bras gauche. Marie tient un sceptre dans la main droite. Cette image est celle de Notre Dame des Doms et de Tout Pouvoir. Nous la prions pour finir notre pèlerinage.
Une autre image de Marie fait mémoire de la protection accordée par la Vierge Marie lors de l’épidémie de choléra de 1834.
Par ailleurs, la ferveur des avignonnais est à l’origine de la statue dorée (1859) qui coiffe le clocher et protège la ville.